Mes Articles à lire

Accueil > mes articles à lire > Passion Evangile > La fiche Evangile pour dimanche 5 septembre 2021

Retour

La fiche Evangile pour dimanche 5 septembre 2021

Fiche Evangile pour le 23° dimanche du temps ordinaire – Année B - 5 septembre 2021 – Evangile de Jésus-Christ selon saint Marc, 7, 31-37 En ce temps-là, Jésus quitta le territoire de Tyr ; passant par Sidon, il prit la direction de la mer de Galilée ( le lac de Tibériade ) et alla en plein territoire de la Décapole. Des gens lui amènent un sourd qui avait aussi de la difficulté à parler, et supplient Jésus de poser la main sur lui. Jésus l'emmena à l'écart, loin de la foule, lui mit les doigts dans les oreilles, et, avec sa salive, lui toucha la langue. Puis, les yeux levés au ciel, il soupira et lui dit : « Effata », c’est-à-dire: « Ouvre-toi ». Ses oreilles s’ouvrirent ; sa langue se délia, et il parlait correctement. Alors Jésus leur ordonna de n’en rien dire à personne; mais plus il donnait cet ordre, plus ceux-ci le proclamaient. Extrêmement frappés, ils disaient : « Il a bien fait toutes choses ; il fait entendre les sourds et parler les muets ». Commentaires et clefs de lectures Jésus passe de l'ouest du lac de Tibériade , ( Tyr, Sidon, c'est-à-dire le Liban actuel ) à l'est : La Décapole ( la Jordanie ). Comme il vient de guérir la fille d'une femme païenne ( 7, 24-30 ), il accorde ses bienfaits envers un autre paîen ; Marc est le seul des quatre évangélistes à rapporter cette guérison. En plein territoire païen, Jésus se conforme à la pratique médicale du temps et du lieu ; ce type de médication se rencontre dans les récits de miracles païens de l'époque. Une fois l'homme guérit, le récit pourrait s'en tenir là. Mais l'évangéliste fait jouer à nouveau le secret messianique ; Jésus impose le silence à l'entourage de l'homme guérit, comme il l'a imposé au lépreux ( 1, 44 ) et à la famille de la fillette morte et rendue à la vie ( 5, 43 ) Dans tous ces cas, le Messie a manifesté la puissance du Règne de Dieu qui l'habite. Jésus ne veut pas que la reconnaissance de sa messianité soit prématurément publiée : on pourrait se tromper sur le genre de ''Messie'' qu'il entend être. Ce titre adéquat ne lui sera donné, à bon escient, que dans la bouche de Pierre au nom des disciples ( 8, 29-30 ), et il ne recevra sa pleine signification qu'avec sa passion, sa mort et sa résurrection. Dans l'immédiat, Marc note que si la consigne de silence est ouvertement violée, c'est que, lorsqu'il écrit ce récit, la Bonne Nouvelle du Christ sauveur s'est répandue chez les païen et jusqu'à Rome. Finalement, l'évangéliste va même jusqu'à présenter la réaction du premier public païen comme une très belle profession de foi. Le Messie est célébré avec des mots empruntés au prophète Isaïe : « Il fait entendre les sourds et parler les muets » ( 35, 5-6 ) Les disciples de Jésus, comme les lecteurs de Marc, sont appelés à s'ouvrit à la parole et à l'action du Sauveur et à le proclamer dans le monde. Et aujourd’hui ? Pour la réflexion proposée ci-dessous, pensons à des personnes précises, n'en restons pas à des généralités. Comme au temps de Marc la Parole du Christ, confiée à l’Église et à chaque chrétien, est pour être ''entendue'' par tous, pour qu'ils puissent en vivre et la ''dire'' par leur façon de vivre et d'être. Nous sommes les premiers concernés car notre foi en Jésus-Christ est sensée nous guérir de toute surdité pour ce qui est de notre écoute de sa Parole et de tout mutisme en ce qui concerne l’annonce de sa Parole. Pour bien ''garder les pieds sur terre'' commençons par nous demander comment nous écoutons ceux et celles à qui nous avons affaire - que ce soit lors de rencontres ordinaires ou dans le cadre de notre responsabilité pastorale – et comment nous leur parlons ( leur répondons ) Partons de rencontres et de faits vécus ces dernières semaines. Essayons d'évaluer ( de discerner ) si notre façon de les écouter et de leur parler ( de leur répondre ) les a rejoint au point où ils en sont. Et si cela nous a permis, éventuellement, de ''faire un bout de chemin’’ avec eux. Notre écoute de la Parole du Christ, à travers la médiation de l'Evangile, que ''produit-elle en nous'' ? Influence-t-elle notre écoute de nos semblables et notre façon de nous adresser à eux ?