Mes Articles à lire

Accueil > mes articles à lire > Passion Evangile > Homélie 5 octobre 2014

Retour

Homélie 5 octobre 2014

27ème DIMANCHE ORDINAIRE - Année A – 5 octobre 2014 - Feldkirch – Fête patronale

Cette parabole se présente comme un résumé de l’histoire du salut depuis l’Alliance conclue au Sinaï en passant par le rejet de Jésus, la destruction de Jérusalem et jusqu'à l'existence de communautés chrétiennes autour de l'an 80 - Les serviteurs étant les prophètes, et l'héritier Jésus lui-même....une fausse conclusion, tirée d'un psaume, précise que Jésus sera la ''pierre d'angle'' d'un nouvel édifice... la dernière parole, attribuée à Jésus est l'annonce qu'après Israël, la vigne que Dieu chérissait, un peuple, sans préciser lequel, va avoir la responsabilité de faire donner un bon fruit au Royaume de Dieu.... les chrétiens du temps de Matthieu connaissaient bien la page du Livre d'Isaïe que nous avons entendu en première lecture et ils ont sûrement du méditer longuement à partir de la parabole -

je ne vois pas quoi dire de plus de cette parabole, car devant moi, je ne vois aucun pharisien et ni Gabriel, ni moi-même, sommes chefs des prêtres, d'ailleurs, au nom de quoi pourrions prétendre être chef  de quoi que ce soit ? de plus, en tant que ministres ordonnés, nous sommes uniquement des serviteurs, oui, ministre signifie serviteur...

 Maintenant, pour ne pas se regarder le nombril en nous demandant : est-ce que nous produisons bien les fruits de bonté que Dieu attend de nous. ?.. je vous propose, dans un premier temps, de penser à celles et ceux à qui nous avons affaire, plus ou moins régulièrement : conjoint, enfants, petit-enfants, collègue de travail, voisins, paroissiens ''toutes catégories'' : qui vont de vous ici présents à ceux qui viennent faire une démarche à l'occasion d'un décès, en passant par les couples ayant un projet de mariage, les parents qui demandent le baptême pour leur enfant, les parents des enfants en 1ère communion, des jeunes en profession de foi, en confirmation ...et j'en oublie sûrement,..-

c'est par rapport à tous ceux là que je propose de nous poser la question  : « est-ce que notre façon d'être envers eux, notre façon de faire, de nous adresser à eux, de les accueillir, de les considérer, fait partie, ou non, des fruits de bonté, d'humanité, que Dieu attend de nous ? »

une remarque en arrière fond : nous risquons tous, plus ou moins consciemment, de nous comporter comme ces chefs des prêtres et ces pharisiens épinglés par Jésus, c'est-à-dire d'être tentés, dans certaines circonstances, d'essayer d'avoir un pouvoir sur nos semblables., et là, nous les prêtres, sommes encore plus exposés que vous...

oui, lors de mes années de formation au ministère : lors d'une rencontre d'équipe, l'un des prêtres accompagnateur nous a dit un jour : «  méfiez-vous surtout de vous mêmes, vous pouvez être tenté, comme célibataire, de chercher à avoir un pouvoir sur ceux et celles qui viendront à vous, parce que vous n'aurez pas d'épouse sur qui avoir un pouvoir, ou du moins essayer d'en avoir...... » sur le coup on en a rigolé...et il a ajouté : ne riez pas, un jour ou l'autre vous le constaterez .... ( exemple : les expressions du 2ème curé dont  j'étais vicaire: un point c’est tout… c’est comme cela et pas autrement...etc )

en tant que chrétien, et quelle que soit notre responsabilité en Eglise : communauté de paroisses, paroisses, mouvement ou service, il y a bien deux façons d'être, de faire et de nous comporter envers celles et ceux que j'ai évoqué il y a un instant. :

«  Sommes-nous, pour eux et envers eux : des censeurs, des donneurs de leçon ,des juges tatillons ? …. ou des accompagnateurs compréhensifs, patients, attentifs à instaurer et à entretenir les conditions qui leur permettent de progresser humainement et chrétiennement?. » .et ce quelque soit leur histoire, leur vie de foi, leur pratique chrétienne quotidienne la régularité de leur participation aux célébrations.... - -

Jésus a interpellé ses auditeurs : “Ecoutez cette parabole ! ”

A nous il pourrait dire : Ecoutez ! ...Ecoutez-moi, vous qui êtes les témoins de ma présence auprès de vos frères et sœurs, Ecoutez ma parole, qu'elle imprègne votre coeur et inspire vos paroles et vos actes. Je termine mon propos avec ce ''un peuple'' à qui le Royaume de Dieu est donné pour qu'il produise son fruit : ce peuple ne se limite pas à l’Église, loin de là...

au Concile Vatican II, il a été déclaré que ‘’ l’Esprit-Saint dépasse l’Eglise de tous les côtés ‘’ et bien avant lui St Jean a écrit : ‘’ quiconque aime est né de Dieu ‘’ en clair: quiconque vit, parle et agit pour que la vie reste vivable, pour que les relations entre les hommes reste humaines, pour que les conditions de vie, de travail n’abîment pas, de détruisent pas l’humain, tous ceux-là sont membres de ce peuple .. alors tout ce que nous voyons, tout ce dont nous sommes témoins et qui va dans ce sens remettons-le à Dieu, en action de grâce, car c’est bien lui, c’est son Esprit qui, par son action, en est à l’origine et dans un moment, offrons-le pour la gloire de Dieu et le salut du monde