Mes Articles à lire

Accueil > mes articles à lire > Passion Evangile > Réflexions du Pape François

Retour

Réflexions du Pape François

 

Un texte que j'ai trouvé sur Facebook samedi 21 novembre 2015

Le pape François a assuré vendredi ( sûrement le 20 ) «avoir peur des prêtres trop rigides qui mordent», ajoutant «n'avoir pas confiance» quand ceux-ci risquent de reporter leur «névrose» sur leurs ouailles.

«Je vais vous dire sincèrement: moi, j'ai peur des prêtres rigides! Je m'en éloigne (...) Ils mordent», a-t-il lancé dans une boutade devant les participants à un colloque.

Les prêtres ne doivent pas faire payer aux fidèles leur «névrose» ou leur «rigidité», a dit François, invitant à la prudence face à la vocation sacerdotale de certains séminaristes «instables».

Ses anecdotes parfois carrément anticléricales ont plusieurs fois suscité l'hilarité de son auditoire.

«Si tu as une maladie, si tu es névrosé, va chez le médecin... spirituel ou psychique ! (...) Le médecin te donnera des pilules. Mais s'il vous plaît, que les fidèles ne paient pas pour la névrose des prêtres!», a-t-il plaidé.

La principale «mission» d'un séminaire est de «chercher la santé spirituelle», mais aussi «physique, psychique» des candidats au sacerdoce.

«Il y a souvent des jeunes qui ne sont pas conscients d'être psychiquement instables» et qui «cherchent des structures fortes qui les soutiennent». Ces structures peuvent être pour certains «la police, l'armée», mais pour d'autres, «le clergé», a-t-il remarqué, regrettant que «beaucoup de maladies ressortent» plus tard.

«Quand un jeune est trop rigide, trop fondamentaliste, moi, je n'ai pas confiance, a-t-il insisté. Derrière, il y a quelque chose que lui-même ne sait pas. Gardez les yeux ouverts!», a-t-il recommandé.

Alors que le clergé catholique a été éclaboussé par d'énormes scandales de pédophilie, l'Église met l'accent sur la formation, notamment en matière affective et sexuelle, et un plus grand discernement en amont, avant l'entrée au séminaire ou pendant le séminaire. Beaucoup de candidats sont refusés faute de maturité et d'incapacité présumée à vivre bien le célibat qui leur est demandé.

Les critiques à répétition du pape contre les prêtres rigides ou mondains sont appréciées de certains, mais sont vécues difficilement par beaucoup d'autres qui s'estiment injustement jugés.

Mes remarques : Ce que le pape François ''pointe'' ainsi est, de même, à l'oeuvre en beaucoup de personnes, et aucun d'entre nous n'est à l'abri de ces genres d'atteintes. S'il est bon d'avoir des convictions, d'y tenir et de les traduire en paroles, initiatives et actes , il est tout aussi bon, et même indispensable, d'écouter ce qu'en disent ceux et celles qui ont affaire à nous, d'accepter la discussion et le débat avec eux, de prendre en compte leurs réflexions, d'en évaluer le bien-fondé avec eux et si c'est avéré, de revoir notre façon d'être et de faire.