Mes Articles à lire

Accueil > mes articles à lire > Passion Evangile > FICHE Evangile pour dimanche 4 octobre 2020

Retour

FICHE Evangile pour dimanche 4 octobre 2020

 

Fiche Evangile internet pour dimanche 4 octobre 2020

- 27° dimanche du temps ordinaire – Année A – Mathieu 21, 33 à 43 

En ce temps-là, Jésus disait aux grands prêtres et aux anciens du peuple : «  Ecoutez cette parabole : Un homme était propriétaire d'un domaine ; il planta une vigne, l'entoura d'une clôture, y creusa un pressoir et y bâtit une tour de garde. Puis il loua cette vigne à des vignerons, et partit en voyage. 

Quand arriva le temps des fruits, il envoya ses serviteurs auprès des vignerons pour se faire remettre le produit de sa vigne. Mais les vignerons se saisirent des serviteurs, frappèrent l'un, tuèrent l'autre, lapidèrent le troisième. De nouveau, le propriétaire envoya d'autres serviteurs plus nombreux que les premiers ; mais on les traita de la même façon. Finalement, il leur envoya son fils, en se disant : « Ils respecteront mon fils. » Mais, voyant le fils, les vignerons se dirent entre eux : « Voici l'héritier : venez ! tuons-le, nous aurons son héritage ! »Ils se saisirent de lui , le jetèrent hors de la vigne et le tuèrent. 

Eh bien, quand le maître de la vigne viendra, que fera-t-il à ces vignerons ?. » On lui répond : « Ces misérables, il les fera périr misérablement. Il louera la vigne à d'autres vignerons, qui lui en remettront le produit en temps voulu. »

 

Jésus leur dit : » N'avez-vous jamais lu dans les Ecritures: « La pierre qu'ont rejetée les bâtisseurs est devenue la pierre d’angle. C'est là l'oeuvre du Seigneur, la merveille devant nos yeux. ! Aussi, je vous le dis : Le Royaume de Dieu vous sera enlevé pour être donné à une nation qui,lui fera produire ses fruits. » 

Commentaire et clefs de lecture : Dans un beau poème, Isaïe ( Is. 5, 1-7 ) avait comparé Israël à une vigne tendrement soignée par Dieu et qui, au lieu de beaux raisins, n'avait produit qu'un fruit infâme. Le début de la parabole reprend des éléments de ce poème, la vigne dont il s'agit ici, c'est bien Israël. 

Le lecteur de Matthieu sait bien que les ''fruits'' symbolisent la conduite, en paroles et en actes, que Dieu attend de l'homme ; ( et du peuple choisit ) les preuves concrètes de sa conversion, les actes de bonté révélant un cœur bon. Les serviteurs, ce sont les prophètes que Dieu a envoyé et le fils, l'héritier, c'est Jésus, finalement crucifié '' hors de la ville'' ( Lettre aux hébreux 13,12 ) mais l'histoire a continué : les criminels ont périt à leur tour ; les auditeurs chrétiens des années 80 songeaient sans doute à la destruction de Jérusalem et du Temple lors de la révolte juive en l’an 70. La fausse conclusion reprend la parole d'un psaume ( Ps 118, 22-23 ) pour préciser que Jésus sera la ''pierre d'angle'' d'un nouvel ''édifice''...

Or cette annonce ''voilée'' de l'Eglise n'est pas encore le mot de la fin...Après l'échec d'Israël, durement souligné, la responsabilité du Royaume incombe à une autre ‘’ nation ‘’  - ‘’ peuple’’ dans la T.O.B. ; ( ''ethnos'' en grec, ce qui se traduit ‘’collectivité humaine’’ ) de sens plutôt vague et choisit par l'évangéliste en raison de son imprécision.. Cette ‘’nation’’ ne remplace pas Israël ; l'expression «  Eglise, nouvel Israël » parfois employée est, théologiquement, fausse : au départ, un ramassis de païens, de juifs convertis, de prostituées et de publicains convertis, ce nouveau groupe ( collectivité humaine ) sera jugé, tout comme Israël, en fonction des fruits qu'il produira et remettra à Dieu.

Et aujourd’hui ? :

Quelques réflexions qu’on peut faire individuellement ou en groupe constitué :

- en tant que chrétien, on n’est pas à son propre compte ; on n’est pas ‘’propriétaire’’ de l’Evangile, il nous est donné ( loué ) en vue de la production de fruits à remettre à Jésus-Christ – cela concerne chaque chrétien et tout groupe de chrétiens : Equipe d’Animation Pastorale, Conseil Pastoral, Associations de fidèles etc...

- quel que soit notre place, notre responsabilité dans l’Église, nous sommes appelés à ‘’produire des fruits’’ qui soient signe de notre foi, de notre accueil de l’Evangile : essayons de les repérer et si possible d’en parler en groupe de réflexion

- à partir de l’expression ‘’collectivité humaine’’ ( signification du terme grec ‘’ethnos’’ ) nous pouvons aussi porter un regard sur des associations et mouvements pour y discerner les ‘’fruits’’ qu’elles produisent par leurs écrits et actions.