Mes Articles à lire

Accueil > mes articles à lire > Passion Evangile > Feuille Evangile pour dimanche 24 mai 2020

Retour

Feuille Evangile pour dimanche 24 mai 2020

 

                

Pour une réflexion personnelle ou par un groupe   

Feuille Evangile pour dimanche 24 mai 2020 - 

7ème dimanche de Pâques - Année A - Jean : 17, 1b à 11a 

En ce temps-là, Jésus leva les yeux au ciel et dit: « Père, l’heure est venue. Glorifie ton Fils, afin que le Fils te glorifie. Ainsi, comme tu lui a donné pouvoir sur tout être de chair, il donnera la vie éternelle à tous ceux que tu lui as donnés. Or, la vie éternelle, c’est qu'ils te connaissent, toi le seul vrai Dieu, et celui que tu as envoyé, Jésus-Christ.  

‘’Moi, je t’ai glorifié sur la terre en accomplissant l’œuvre que tu m’avais donné à faire. Et maintenant glorifie-moi auprès de toi, Père de la gloire que j’avais auprès de toi avant le monde existe. J’ai manifesté ton nom aux hommes que tu as pris dans le monde pour me les donner. Ils étaient à toi, tu me les as donnés, et ils ont gardé ta parole.  

Maintenant, ils ont reconnu que tout ce que tu m’as donné vient de toi, car je leur ai donné les paroles que tu m’avais données : ils les ont reçues, ils ont vraiment reconnu que je suis sorti de toi, et ils ont cru que tu m’a envoyé. 

Moi, je prie pour eux ; ce n’est pas pour le monde que je prie, mais pour ceux que tu m’as donnés, car ils sont à toi. Tout ce qui est à moi est à toi, et ce qui est à toi est à moi ; et je suis glorifié en eux.  

Désormais, je ne suis plus dans le monde ; eux ils sont dans le monde, et moi, je viens vers toi. » 

Commentaires et quelques clefs de lecture 

Nous lisons ici aussi bien des paroles de Jésus que des paroles de foi de l’auteur de cet écrit. Cette prière est juive par sa tournure ; Jésus a aussi prié à la Synagogue.Lever les yeux au ciel : l’un des gestes liturgiques qui exprime que tout l’être se concentre dans le mouvement qui le porte vers Dieu. 

Gloire, glorifié : cette notion revient 6 x dans ce passage d’Evangile. Dans la Bible ( Kabod en hébreu ) ce terme désigne ce qui compte, ce qui a du poids, ce qui rayonne. La gloire de Dieu est l’éclat, le rayonnement, de son amour pour les hommes. Par ailleurs, la croix est dite « glorieuse » non parce qu’elle est le sommet de la souffrance, mais parce qu’elle est le sommet de l’amour… elle est le dévoilement du plus grand amour. 

Rendre gloire à Dieu, ce n’est pas seulement le remercier, « rendre grâce’’, c’est accueillir en permanence son initiative d’amour. 

Le ‘’nom‘’ c’est tout l’être, ici Dieu : ‘’celui qui est, qui était et qui vient ‘’  

Le mot «  monde » désigne ici l’ensemble des hommes qui, enfermés dans leur suffisance, refusent Dieu : la prière de Jésus ne peut concerner que ceux qui ont été pris du monde pour constituer la communauté des disciples de Jésus. 

« ils ont gardé fidèlement ta parole » …Dans la TOB : « ils ont observé ta parole » : se trouver déjà sous la dominance, sous l’influence du Père pour reconnaître sa manifestation en Jésus. 

Et, pour nous, aujourd’hui ? 

Cette page d’Evangile ( comme l’ensemble de la longue prière de Jésus que Jean a placé entre le lavement des pieds et la sortie vers le mont des oliviers ) ne nous donne aucune indication concrète pour notre vie de croyants,  

Elle nous donne d’entrer dans la prière de Jésus à son Père. Dieu est Unique, il n’est pas solitaire : il est relation, communion, rencontre…cela a des conséquences quant à notre relation avec Dieu : 

Quel Dieu prions-nous ?…

Quel Dieu rencontrons-nous’’ ? …. 

A quel Dieu nous adressons-nous ?...

Regardons la façon dont Jean nous présente ici Jésus et le Père : Jésus uni au Père, ne faisant qu’un avec lui et en même temps le Fils face au Père, distinct de lui, choisissant de remplir sa mission d’envoyé. 

Rencontrer le Dieu Père, c’est me situer comme un fils, un enfant, qui reçoit, qui reconnaît le don qui lui est fait, mais qui n’est pas ‘’prisonnier’’ d’un modèle à reproduire, qui se construit en toute liberté.  

Si Dieu vient à notre rencontre avec beaucoup de passion pour ne faire ‘’qu’un’’ avec nous, c’est en même temps avec beaucoup de discrétion pour nous respecter dans ce que nous sommes.  

C’est le Dieu tout proche et le Dieu tout autre, celui dont la puissance d’amour est sans limites et qui est désarmé devant nos refus. 

Cette page d’Evangile nous donne de méditer, de réfléchir à notre ‘’relation’’ avec lui, et, dans le même mouvement, avec nos semblables avec, par exemple, cette question : «  Est-ce que par mes paroles et mes comportements envers eux, la gloire, c’est-à-dire ‘’le rayonnement d’amour’’ qu’est Dieu, parvient jusqu’à eux ? Remarquons qu’il peut aussi bien nous ‘’contourner’’ pour que son rayonnement d’amour les touche, ce qui n’enlève rien à notre responsabilité d’en être des relais.