Mes Articles à lire

Accueil > mes articles à lire > Passion Evangile > Une réflexion pour dimanche 21 février 2021

Retour

Une réflexion pour dimanche 21 février 2021

  

Une réflexion à partir de l’Evangile du dimanche 21 février 2021 –

1° dimanche de carême – Année B – Marc 1, 12-15 

En ce temps de pandémie, pour connaître les mauvaises nouvelles, c’est facile; il suffit d’écouter la radio, de regarder la télévision ou de lire les journaux, et les bonnes nouvelles alors ? Celles-là, la plupart du temps, il faut aller les chercher ! 

Dans la page d’Evangile qui marque ce premier dimanche de Carême, Marc présente Jésus qui partit pour la Galilée pour proclamer la Bonne Nouvelle de Dieu : la première, la grande Bonne Nouvelle, c’est lui-même, Jésus, qui, par ses paroles, ses attitudes et surtout ses actes a montré le visage d’un Dieu-Père qui aime les hommes ; on ne le redira jamais assez, Dieu nous aime et il désire par-dessus tout que nous répondions à son amour en aimant de même les autres de façon concrète 

Ce n’est pas par hasard qu’en son temps Benoît XVI avait intitulé sa première Encyclique ( lettre-circulaire ) : « Dieu est amour » elle est très longue : 42 chapitres en 20 pages et c’est à partir du chapitre 31 qu’il développe toute une réflexion pour précisez que l’action caritative de l’Eglise, dont le CCFD est l’une des composante, n’est pas une option facultative, mais qu’elle est constitutive de la mission même de l’Eglise et du témoignage des chrétiens, voici l’une des phrases-clef qui le précise :

 « La meilleure défense de Dieu et de l’homme consiste justement dans l’amour. La tâche des organisations caritatives de l’Eglise est de renforcer une telle conscience chez leurs membres, de sorte que, par leurs actions, comme par leurs paroles, leurs silences, leurs exemples, ils deviennent des témoins crédibles du Christ » 

Jésus disait : « Le règne de Dieu est tout proche, convertissez-vous et croyez à la Bonne Nouvelle » 

Cette parole fait penser à tous ces hommes et femmes, qui a travers le monde croient envers et contre tout au règlement pacifique des conflits armés, parlent et agissent dans ce sens, comme à tous ceux qui font l’effort de s’informer sérieusement à ce sujet - 

Elle fait encore penser à tous ces élus qui, dans leur commune, se sont donnés, entre autre, comme tâche de contribuer à un bien vivre ensemble des habitants  

Elle fait penser à tous ceux et celles qui s’engagent dans des associations, des organisations, tel le CCFD/Terre Solidaire – Comité Catholique contre la Faim et pour le Développement - qui agit pour plus de solidarité entre les hommes et les peuples Elle évoque encore tous ces petits faits et gestes qui passent inaperçu la plupart du temps : une parole échangée, un temps d’écoute, une visite, un coup de téléphone, une lettre, un message internet - autant de choses par lesquelles passent un peu de présence à l’autre, un peu de réconfort, de soutien et d’amitié.

On peut encore penser à des événements, des faits, des initiatives, où, de différentes manières, les relations entre des gens se sont améliorées, où des actions pour plus de solidarité ont été réalisées, où des paroles et des gestes de pardon, de réconciliation ont été semés, c’est ainsi que le règne de Dieu est tout proche..( une autre traduction : « ...est au milieu de vous »

Pour qu’il s’approche encore un peu plus, pour répondre à l’Alliance d’amour que Dieu propose, surtout ne nous privons pas de quelque chose, mais faisons le plein : 

le plein de patience envers autrui, de volonté d’écoute, de décision de partager, de désir d’être un peu plus compréhensif, un peu plus solidaire, un peu plus humain - car ce qui n’est pas humain - ce qui ne fait pas grandir en nous des valeurs d’humanité, il n’y a aucune chance que ce soit chrétien. 

Mais si, à tout prix, l’un ou l’autre d’entre vous tient à se priver de quelque chose, ça peut aussi se trouver ; tenez, il y a le jeûne, la privation au quotidien - c’est sans danger pour notre santé - c’est même pour notre conversion et le bien des autres, pour cela on peut, par exemple, se priver : de parler sans réfléchir à la portée et aux conséquences de nos paroles, d’émettre des jugements hâtifs sans essayer de comprendre, d’entretenir des préjugés négatifs sans essayer de connaître et de bien d’autres choses de la même veine.... 

Par la parole de Jésus « Convertissez-vous et croyez à la Bonne Nouvelle » laissons-nous ainsi appeler à changer vraiment quelque chose dans notre façon de regarder les autres et d’être envers eux et puis, aussi, à en être une, nous-mêmes, de ‘’ bonne nouvelle’’ pour ceux et celles qui nous connaissent !