Mes Articles à lire

Accueil > mes articles à lire > Passion Evangile > Une réflexion pour les Fêtes Pascales 2020

Retour

Une réflexion pour les Fêtes Pascales 2020

   

Pour une réflexion personnelle ou en groupe constitué  

Dans le supplément de La Croix du 4 et 5 avril 2020 ‘’ Ensemble malgré tout’’ dans la rubrique ‘’La conversation’’ sous le titre «  Nous seront sauvés ensemble » , Daniel Marguerat, pasteur et bibliste suisse, spécialiste de la figure de Jésus et grand vulgarisateur théologique évoque son parcours et rappelle à quel point, malgré les crises qui traversent l’Église, le message des Evangiles reste essentiel.

Je me suis surtout arrêté, page 15, au passage  dans lequel je m’y retrouve bien et donc auquel j’adhère.

Je le cite :

«  Vous avez beaucoup écrit sur Pâques et la résurrection. Comment ce message peut-il croiser la quête spirituelle contemporaine ?

D.M. : Les premiers chrétiens ont fait de la résurrection du Christ l’affirmation première : « Dieu l’a relevé des morts . » Mais en étudiant les récits de la résurrection, je me suis rendu compte que si la proclamation pascale s’est placée au coeur de la foi, c’est parce le Christ ressuscité, est aussi le Christ « ressuscitant ». Les premiers chrétiens ont reconnu que ce mouvement par lequel Dieu fait rejaillir la vie au-delà de la mort n’est pas unique, mais qu’il surgit au coeur même de la vie.

C’est pourquoi ils ont utilisé le vocabulaire de la résurrection pour dire comment Jésus guérit les malades et les relève. Ils ont bien vu, ces premiers chrétiens, que le message de Pâques n’est pas seulement un message d’outre-tombe. 

C’est un message qui perçoit comment, au coeur de la vie, Dieu vient nous surprendre et nous donne la force de surmonter les échecs et les malheurs, ces petites morts que nous traversons.

Il faudrait dire et répéter que Pâques est la fête du Christ ressuscitant, c’est-à-dire le Christ qui nous relève. Je crois à la résurrection future des corps ; Dieu nous accueillera après notre trépas ; mais j’y crois parce que je discerne, dans ma vie, et dans la vie d’autre, les signes du Christ ressuscitant.

Des épisodes de notre vie ont un parfum de résurrection : ce parfum est la trace du Dieu qui ressuscite et relève.

Dans mon dernier livre, Vie et destin de Jésus de Nazareth, j’ai montré comment la nouvelle de Pâques est à recevoir, c’est-à-dire pas seulement comme une information sur des événements qui se sont déroulés en l’an 30 de notre ère.

Ce qui s’est inscrit à ce moment de l’histoire, c’est la révélation que l’ultime parole de notre vie et sur l’histoire du monde appartient à Dieu.

En dépit ce ceux qui se proclament les maîtres du monde, qu’ils soient politiques ou économistes, la vérité ultime revient à Dieu. En ces temps de catastrophisme collectif, il devient urgent de le dire et le redire, de le célébrer, de le partager.