Mes Articles à lire

Accueil > mes articles à lire > Passion Evangile > Une réflexion à partir de l'Evangile du 24 mai 2020

Retour

Une réflexion à partir de l'Evangile du 24 mai 2020

 

 

Une réflexion à partir de l’Evangile du 24 mai 2020 – Jean 17, 1b-11a( c’est l’homélie de 2008 remaniée ) 

Mis à part le ‘’Notre Père’’ nous n’avons pas de traces écrites des prières de Jésus dans les Evangile, sauf dans celui de St Jean où nous avons une longue prière qui est clôturé par l’expression : ‘’ ayant ainsi parlé Jésus sortit avec ses disciples... C’est le première partie de cette prière qui constitue ce passage d’Evangile. 

Cette prière, mise en forme par l’évangéliste, se présente comme une relecture de tout l’événement Jésus-Christ qui commence par l’appel des premiers disciples et se termine par sa séparation d’avec les onze apôtres.

Il y a le passage : « Moi, je prie pour eux, ce n’est pas pour le monde que je prie, mais pour ceux que tu m’as donné…. » le mot ‘’le monde’’ désigne ici l’ensemble de ceux qui, enfermés dans leur suffisance, refusent de le reconnaître, lui Jésus, comme l’envoyé de Dieu, comme le visage du Père, - la prière de Jésus est donc pour les disciples, pris dans le monde, pour être la première communauté de Jésus,pour être ceux qu’il enverra continuer son œuvre…

Encore quelques clefs de lecture pour entrer dans cet Evangile :« Gloire, glorifie et glorifié » y revient 6 fois - dans la Bible, les auteurs des textes utilisent souvent ces mots à propos de Dieu, ils veulent ainsi parler de sa puissance d’amour, de sa présence active et efficace, de la façon dont il se fait connaître aux humains pour ce qu’IL EST : « gloire » signifie donc présence rayonnante, rayonnement bienfaisant ,vie et amour donnée en abondance, - par la mort et la résurrection de Jésus, c’est lui-même et son Père qui se révèlent sous leur vrai jour, tous deux vivent, dans l’Esprit-Saint, de l’amour partagé, de leur relation, c’est cela leur gloire, - le mot Gloire en hébreu suggère l’idée de ‘’poids’’, littéralement ‘’ ce que ‘’pèse’’ quelqu’un réellement, ce que ‘’pèse’’ ses paroles et ses actes, ce qu’il dit et fait est-ce que c’est ‘’léger’’ – insignifiant- ou est-ce que cela a du’’ poids’’…

Un autre mot revient plusieurs fois, le verbe «  Donner » - Donner, c’est la force même de Dieu - Être Père, c’est d’abord « Donner », car c’est cela aimer : Le Père a donné pouvoir au Fils sur tout être vivant Le Père donne la Gloire au Fils - Le Père donne au Fils les Paroles de vie le Père donne les croyants au Fils

Et Jésus, le Fils, recevant tout du Père ,le donne à son tour aux hommes : Il donne les paroles qu’il a reçues - Il donne la vie éternelle aux croyants 

Devant ce ‘’don’’ de la parole et le don de vie, les hommes sont amenés à choisir : l’accepter et en vivre, ou le refuser - et nous faisons partie de ceux et celles qui sont amenés à choisir : de l’accepter et d’en vivre ou de le négliger, et même de le refuser dans certaines circonstances - car nous ne sommes pas des croyants ‘’ terminés ‘’ au sens où nous serions arrivés à la foi parfaite et totale. 

Nous ne sommes pas Jésus-Christ, nous ne sommes pas unis au Père, comme lui, nous ne sommes pas à son niveau de don, mais nous sommes, à sa suite sur ce chemin. Et c’est avec lui, que nous passons des difficultés à la joie – les difficultés c’est celles que nous rencontrons pour vivre notre vocation de baptisé, pour être fidèle à notre mission - la joie, ce n’est pas la joie de réussir ou d’être content de nous ; c’est sûrement la joie intérieure, la sérénité, la paix, que nous donne le Christ lui-même pour vivre en baptisé, pour tenir bon dans la mission qu’il nous donne à vivre… 

La foi que nous avons, ce que nous connaissons de Dieu, de Jésus-Christ nous a été, en fin de compte donné, confié, remis en toute confiance - cela situe notre responsabilité, notre mission de croyants, cela oriente notre façon d’être et de faire, comme les prières que nous adressons à Dieu.

Si nous avons le désir de nous inspirer de la prière de Jésus, de nous laisser guider par les paroles de cet Evangile alors notre prière à ne sera pas une quelconque dévotion à quelqu’un de lointain ou faite de demandes plus ou moins claires ou encore une soumission servile à une divinité inquiétante ou écrasante mais bien une relation, une communion, qui nous nourrit, qui nous ‘’tire’’ en avant, qui nous oriente vers Dieu et vers nos frères et sœurs . en nous mettant à l’école du Christ, nous pouvons prier ainsi:

Seigneur, tous ceux que je connais, aide-moi à les voir comme des frères et soeurs que tu me confies, que tu me donnes à aimer et à porter, devant toi, dans ma prière

Toi qui les regarde avec compréhension, donne-moi d’être attentifs à leurs paroles et leurs questions, à ce qu’ils découvrent et vivent de ta Parole

Toi qui nous appelles à te suivre et à teconnaître, aide-moi à m’orienter, avec mes frères et sœurs en humanité, vers ton Père et que, par ma façon de conduire ma vie, son Nom soit connu !