Mes Articles à lire

Accueil > mes articles à lire > Passion Evangile > Nativité du Seigneur 25 décembre 2019

Retour

Nativité du Seigneur 25 décembre 2019

 

Nativité du Seigneur – Mercredi 25 décembre 2019 - Evangile de Jésus-Christ selon saint Jean, 1, 1-18 – 

Au commencement était le Verbe, et le Verbe était auprès de Dieu, et le Verbe était Dieu. Il était au commencement auprès de Dieu. C’est par lui que tout est venu à l’existence, et rien de ce qui s’est fait ne s’est fait sans lui. En lui était la vie, et la vie était la lumière des hommes ; la lumière brille dans les ténèbres, et les ténèbres ne l’ont pas arrêtée.

Il y eut un homme envoyé par Dieu ; son nom était Jean. Il est venu comme témoin, pour rendre témoignage à La lumière, afin que tous croient par lui. Cet homme n’était pas la Lumière, mais il était là pour rendre témoignage à la Lumière.

Le Verbe était la vraie Lumière qui éclaire tout homme en venant dans le monde. Il était dans le monde, et le monde était venu par lui à l’existence, mais le monde ne l’a pas reconnu. Il est venu chez lui, et les siens ne l’ont pas reçu. Mais à tous ceux qui l’ont reçu, il a donné de pouvoir devenir enfants de Dieu, eux qui croient en son nom. Ils ne sont pas nés du sang, ni d’une volonté charnelle, ni d’une volonté d’homme : ils sont nés de Dieu. Et le Verbe s’est fait chair, il a habité parmi nous, et nous avons vu sa gloire, la gloire qu’il tient de son Père comme Fils unique, plein de grâce et de vérité.

Jean le Baptiste lui rend témoignage en proclamant : « C’est de lui que j’ai dit : celui qui vient derrière moi est passé devant moi, car avant moi il était. » Tous, nous avons eu part à sa plénitude, nous avons reçu grâce après grâce ; car la Loi fut donnée par Moïse, la grâce et la vérité sont venues par Jésus-Christ. Dieu, personne ne l’a jamais vu ; le Fils unique, lui qui est Dieu, lui qui est dans le sein du Père, c’est lui qui l’a fait connaître.

« Acclamons la Parole de Dieu »

Note : « Parole du Seigneur » après la 1ère et la 2ème Lecture et «  « Acclamons la Parole de Dieu » après l’Evangile, signifie que ce que nous avons entendu, a été reconnu comme paroles inspirées par l’Esprit-Saint et non comme le produit de l’imagination de leur auteur ( de l’imagination humaine )

Homélie du 25 Décembre 2008 - 10 H 00 - à Ungersheim - 

Par cette page de l’Evangile selon St Jean , nous avons accueillit le sens de tout l’événement Jésus-Christ, ce que nous avons entendu c’est comme un résumé, un condensé qui nous projette, dans la foi, tout au commencement, à l’ultime commencement : la Parole créatrice de Dieu , une Parole, qui un jour, s’est faite homme

En n’oubliant pas l’Evangile de la Nativité, ( Luc 2, 1-14 ) essayons d’entrer dans la méditation de St Jean. En guise de clef de lecture : le Verbe, la Parole de Dieu, c’est à la fois Dieu et Jésus-Christ. « Et le Verbe s’est fait chair, il a habité parmi nous, et nous avons vu sa gloire, la gloire de son Père comme Fils unique, plein de grâce et de vérité » 

Proclamer et croire à cette parole, c’est affirmer la venue sur notre terre d’un homme, Jésus de Nazareth, qui a été reconnu par ses disciples comme le Messie annoncé par les prophètes, comme le Fils de Dieu, qui sans les libérer des contraintes humaines, à l’époque l’occupation romaine, leur a offert d’être sauvé, d’être libéré de ce qui en eux, dans leur vie et leurs comportements, les freine, les bloque, dans leur rencontre et de Dieu et de leurs semblables, la religion qu’il leur a ainsi proposé, c’est, dans l’amour mutuel, être relié à Dieu et à leurs frères et soeurs humains. 

Nous sommes ainsi invités à nous demander : « Mais qu’est-ce qui apparaît, qu’est ce qui peut se voir de cette libération, de ce salut apporté, offert, réalisé, par le Christ ? »

Cette question n’est pas absurde, il y a bien des gens qui se la pose, il y en a qui peuvent nous la poser, à nous chrétiens qui rendons visible l’Eglise, assemblée des baptisés, en nous rassemblant pour l’Eucharistie. 

Ce qui se voit le mieux, et en premier, c’est l’Eglise, celle qui existe aujourd’hui, c’est l’Eglise qui a mission d’être le signe du salut, de la libération offerte et réalisée par le Christ, pour cela, l’Eglise a mission d’être, par sa parole et son action, artisan de promotion et de libération humaine. 

Promotion et libération humaine : c’est la conséquence de la venue de Jésus, Verbe, Parole de Dieu, dans la condition humaine : le divin est devenu humain pour unir l’humain au divin, 

durant la messe, il y a un geste du prêtre qui le signifie, un geste qui passe quasi inaperçu : c’est quand le prêtre verse un peu d’eau dans le vin en disant :

« Comme cette eau se mêle au vin pour le sacrement de l’Alliance,  puissions-nous être unis à la divinité de Celui qui a pris notre humanité »

Noël, mot qui vient de Naissance, et cette Naissance c’est l’humanité de Jésus, Fils de Dieu, qui donne sens à la nôtre, en épousant, par Jésus-Christ, l’humanité, Dieu nous offre de nous laisser imprégner par sa divinité, d’accueillir, de vivre de son amour, de le rendre visible et concret d’abord par nos paroles, nos comportements et les choix que nous posons.

Pour nous, en son Fils Jésus la Parole de Dieu s’est faite Homme, pour que nous mêmes qui croyons en Lui soyons et restions humains les uns envers les autres et envers tout être humain, quel qu’il soit… et le premier signe qui le manifeste c’est la parole que nous adressons à l’autre, et qu’en retour nous écoutons ; sans parole vraie et constructive échangée, rien n’est possible….