Mes Articles à lire

Accueil > mes articles à lire > Passion Evangile > FCHE Evangile pour dimanche 11 octobre 2020

Retour

FCHE Evangile pour dimanche 11 octobre 2020

 

Feuille Evangile pour dimanche 11 octobre 2020 – Année A – 28° dimanche du temps ordinaire – Matthieu 22, 1-14

En ce temps-là, Jésus se mit de nouveau à parler aux grands prêtres et aux pharisiens, et il leur dit en paraboles : « Le royaume des Cieux est comparable à un roi qui célébra les noces de son fils. Il envoya ses serviteurs pour appeler à la noce les invités, mais ceux-ci ne voulaient pas venir. il envoya encore d’autres serviteurs dire aux invités : “Voilà, j’ai préparé mon banquet, mes boeufs et mes bêtes grasses sont égorgées; tout est prêt: venez à la noce’’ Mais ils n’en tinrent aucun compte et s’en allèrent, l’un à son champ, l’autre à son commerce; les autres empoignèrent les serviteurs, les maltraitèrent et les tuèrent. Le roi se mit en colère, il envoya ses troupes, fit périr les meurtriers et incendia leur ville. Alors il dit à ses serviteurs: “Le repas de noce est prêt, mais les invités n’en étaient pas dignes. Allez donc aux croisées des chemins: tous ceux que vous rencontrerez, invitez-les à la noce. Les serviteurs allèrent sur les chemins, rassemblèrent tous ceux qu’ils rencontrèrent, les mauvais comme les bons, et la salle de noce fut remplie de convives. Le roi entra pour examiner les convives, et là il vit un homme que ne portait pas le vêtement de noce. Il lui dit : ‘’ Mon ami, comment es-tu entré ici, sans avoir le vêtement de noce ? ”. L’autre garda le silence. Alors le roi dit aux serviteurs: “ Jetez-le, pieds et poings liés, dehors dans les ténèbres du dehors; là il y aura des pleurs et des grincements de dents. «  Car beaucoup sont appelés, mais peu sont élus. »

Commentaires bibliques ( quelques extraits ) et clefs de lecture

Un roi qui célèbre les noces de son fils. L’Ancien Testament avait promis l’union nuptiale entre Dieu et son peuple et l’Evangile a présenté Jésus comme l’époux de ces noces attendues ( cf Mt 9,15 ) D’emblée, Matthieu fournit donc les clefs de lecture nécessaires. « Tout est prêt » c’est le temps des noces et des dons fastueux de la sagesse de Dieu Les serviteurs ne représentent plus les prophètes des temps anciens, mais les missionnaires envoyés par Jésus au monde juif.

Il y est décrit les représailles du souverain à l’encontre de ses offenseurs et de leur ville, nette allusion à la ruine de Jérusalem en laquelle les premiers chrétiens voyaient la sanction du refus de l’Evangile. «  Les invités n’en étaient pas dignes » et d’autres serviteurs partent pour appeler tout le monde et n’importe qui, «  les mauvais comme les bons » puisque dans l’Eglise se mêle le bon grain et l’ivraie et que ce nouvel envoi symbolise la mission chrétienne auprès des païens. 

Un convive ne porte pas l’habit de noce… il aurait du « se changer » ( se convertir ) Il est venu se régaler et non pas célébrer des noces ; le voilà, sanctionné d’une manière exagérée, mais derrière l’image, il s’agit du jugement divin et de l’exclusion définitive dont Jésus menaçait Israël dans l’épisode du centurion ( Mt 8,12 )

La fin du récit est un vigoureux avertissement : si les chrétiens ont honoré l’invitation lancée par Dieu, qu’ils ne se prennent pas trop vite pour des élus, ils sont d’abord des appelés et l’élection finale revient à Dieu qui, seul, juge de la conversion engagée et de ses ‘’fruits’’. 

Et pour aujourd'hui ?  

Par cette parabole et sa signification est mis en relief le fait que Dieu ne se lasse pas d'inviter les hommes à répondre à sa proposition d’Alliance 

Une conviction : en tant que baptisés, nous sommes à la fois des invités et des invitants…. 

Nous sommes d’abord des invités : 

Chaque baptisé, qu'il soit laïc, religieux/ses, diacre, prêtre, est invité ( appelé) à vivre le mieux possible sa vocation * de baptisé ( * elle est fondamentale ) : comment le faisons-nous ou du moins pensons-nous le faire ( du concret.. pas des généralités ) c'est une première réflexion à faire, soit individuellement ou, mieux encore, à plusieurs. 

Nous sommes aussi des invitants :

Pour celles et ceux qui nous voient vivre, qui sont en relation avec nous, pour celles et ceux qui viennent à nous pour différentes raisons, pensons-nous être, par nos paroles et nos comportements à leur égard, des ''invitants'', des ''appelants'' au nom du Christ ?. 

Pour le vérifier et pour ne pas nous payer de mots, il est bon d'y réfléchir et si possible à plusieurs.