Mes Articles à lire

Accueil > mes articles à lire > Passion Evangile > FCHE Evangile pour dimanche 28 mars 2021

Retour

FCHE Evangile pour dimanche 28 mars 2021

Fiche Evangile pour dimanche 28 mars 2021 Dimanche des Rameaux et de la Passion - Récit de l'entrée à Jérusalem  

Année B - Marc 11, 1-10 ( + 11 )  

Lorsqu'ils approchent de Jérusalem, vers Bethphagé et Béthanie, près du mont des Oliviers, Jésus envoie deux de ses disciples et leur dit : « Allez au village qui est en face de vous. Dès que vous y entrerez, vous trouverez un petit âne attaché, sur lequel personne ne s'est encore assis. Détachez-le et amenez-le. Si quelqu'un vous dit: '' Que faites-vous là'', répondez : '' Le Seigneur en a besoin, mais il vous le renverra aussitôt.'' » 

Ils partirent, trouvèrent un petit âne attaché près d'une porte, dehors dans la rue, et ils le détachèrent. Des gens qui se trouvaient là leur demandaient : « Qu'avez-vous à détacher cet ânon ? » Ils répondirent ce que Jésus leut avait dit, et on les laissa faire. Ils amenèrent le petit âne à Jésus, le couvrirent de leurs manteaux, et Jésus s'assit dessus. 

Alors, beaucoup de gens étendirent leurs manteaux sur le chemin, d'autres, des feuillages coupés dans les champs. Ceux qui marchaient devant et ceux qui suivaient criaient : « Hosanna ! Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur ! Béni soit le règne qui vient, celui de David notre père. Hosanna au plus haut des cieux ! ». 

V 11 :Jésus entra à Jérusalem, dans le Temple. Il inspecta du regard toutes choses et, comme c'était déjà la soir, il sortit avec les Douze pour aller à Béthanie.  

Commentaires et clefs de lecture  

Au terme de sa longue marche, Jésus arrive à Jérusalem avec ses disciples. Marc, comme les trois autres évangélistes, raconte l'événement avec une mise en scène forte. Son récit est truffé d'allusions bibliques. Les premiers chrétiens ont médité la visite de Jésus comme l'anticipation de la venue du Seigneur ressuscité dans a gloire. 

L'itinéraire : à l'époque de Jésus, une tradition juive fort ancienne voyait Dieu lui-même et son Messie l'emprunter pour effectuer le jugement de la fin des temps ( Zacharie 14, 4 ) cet arrière-fond prophétique donne sa tonalité particulière à l'événement qui va se jouer le lendemain de l'entrée à Jérusalem : la purification du Temple ( 11, 15-18 )  

Par le choix d'un âne, Jésus réalise l'une des prophéties les plus connues : «  Crie de joie, fille de Jérusalem ! Voici ton roi qui vient à toi ….» ( Zacharie 9, 9-10 ) sa modeste monture s'oppose à l'attirail des rois guerriers : chevaux et chars de combat.  

Le titre de ''Seigneur'' est celui que les chrétiens lui donneront, au-delà de la mort, dans le triomphe de la résurrection. Marc ne le lui donne qu'en 7,28 et 12, 36-37. 

Les acclamations, tirées du psaume 118 étaient chantées durant la fête des Tentes, ( idem pour les feuillages coupés ) Hosanna est un terme hébreu qui veut dire : « Sauve-nous donc » Avec le temps cet appel à l'aide était devenu un simple cri de louange. Jésus est acclamé comme le Messie, il est ''celui qui vient'' ( Psaume 118, 26 ) En finale, l'évangéliste a noté où conduisait cette marche triomphante - c'est le v 11 qui n'est pas proclamé dimanche – le Roi-Messie achève sa montée à Jérusalem dans le lieu du culte rendu à Dieu. Ce récit n'a reçu sa forte coloration festive qu'après la Résurrection. La première communauté a relu, à la lumière des Ecritures, un événement à l'origine sûrement plus modeste et dont les disciples ne comprirent pas tout de suite le sens ; nous en avons un écho en Jn 12, 16. 

En quoi ce récit nous parle-t-il aujourd 'hui ? 

Ce récit qui ''ouvre'' la Semaine Sainte est avant tout à méditer. Il part d'un événement historique qui, à la lumière de la résurrection et grâce au recours aux Ecritures, a été chargé fortement de sens symbolique. Jésus a été reconnu ''roi'', oui, mais roi humble, roi de paix, roi serviteur. 

Lors de la liturgie des rameaux, nous l'acclamons en tant que tel, quel sens lui donnons-nous  : au rameaux béni comme à l'acclamation ?  

Est-ce pour nous comme un ''porte bonheur'', un ''talisman'', un ''gri-gri'' ou est-ce que cela manifeste notre désir de le laisser ''entrer'' dans notre vie comme jadis il est entré dans Jérusalem ?