Mes Articles à lire

Accueil > mes articles à lire > Passion Evangile > FCHE Evangile pour dimanche 3 janvier 2021

Retour

FCHE Evangile pour dimanche 3 janvier 2021

Fiche Evangile pour dimanche 3 janvier 2021 - Epiphanie du Seigneur – Mt 2, 1-12

Jésus était né à Bethléem en Judée, au temps d’Hérode le Grand. Or, voici que des mages venus d’Orient arrivèrent à Jérusalem et demandèrent : “ Où est le roi des Juifs qui vient de naître? Nous avons vu son étoile à l'orient et nous sommes venus nous prosterner devant lui.’’ En apprenant cela, le roi Hérode fut bouleversé, et tout Jérusalem avec lui. Il réunit tous les grands prêtres et tous les scribes du peuple, pour leur demander en quel lieu devait naître le Christ. Ils lui répondirent : “ A Bethléem en Judée, car voici ce qui est écrit par le prophète: “ Et toi, Bethléem en Judée, tu n’es certes pas le dernier parmi les chefs-lieux de Judée; car de toi sortira un chef, qui sera le berger de mon peuple Israël”

Alors Hérode convoqua les mages en secret pour leur faire préciser à quelle date l’étoile était apparue; puis il les envoya à Bethléem, en leur disant: “Allez vous renseigner avec précision sur l’enfant. Et quand vous l’aurez trouvé, venez me l'annoncer pour que j’aille, moi aussi, me prosterner devant lui.’’ Après avoir entendu le roi, ils se mirent en route.* ( * de la T.O.B. )

Et voici que l’étoile qu’ils avaient vue à l'orient les précédait, jusqu'à ce qu'elle vienne au-dessus de l'endroit où se trouvait l’enfant Quand ils virent l’étoile, ils se réjouirent d'une très grande joie. Ils entrèrent dans la maison, ils virent l’enfant avec Marie sa mère; et, tombant à ses pieds, ils se prosternèrent devant lui. Ils ouvrirent leurs coffrets, et lui offrirent leurs présents : de l’or, de l’encens et de la myrrhe. Mais, avertis en songe de ne pas retourner chez Hérode, ils regagnèrent leur pays par un autre chemin.

Commentaires et clefs de lecture L’évangéliste a composé ce récit pour dire que c’est bien Jésus de Nazareth qui a accomplit l’Ecriture : les écrits des prophètes. C'est donc un récit symbolique. Les mages : mi-savants, mi-magiciens, pratiquaient la divination, la médecine, l’astrologie et interprétaient les songes…ils n'étaient pas aimés, la magie étant bannie d’Israël.

L’Eglise d’Occident présente trois mages, un par présent offert, dont elle a fait des rois car selon le psaume 72, v 10 et 11 ce sont les souverains des nations qui viennent offrir au Messie d’Israël les trésors de leurs pays.

Les grands-prêtres et les scribes avaient la responsabilité d’interpréter l’Ecriture, mais ils n’ont pas reconnu en Jésus, le Messie annoncé par elles.( le Christ : celui qui a reçu l'onction )

L’étoile : celle dont Matthieu fait mention n’est pas dans le ciel, mais dans la Bible : selon le Livre des Nombres 24, 17, « de Jacob monte une étoile… » : une prophétie que les juifs convertis du 1er siècle appliquèrent au Christ.  

Le symbole convient bien à l’histoire des mages, car l’annonce de ‘’ Nombres 24, 17 ’’ n’a pas été faite par un prophète d’Israël, mais par Balaam, un païen que la tradition considérait comme un interprète des songes, c’est-à-dire un ‘’mage’’

Le chemin que les responsables juifs, bien qu’éclairés par la Bible, n’ont pas su prendre, ces mages païens l’ont suivi à partir de leur science plus qu’équivoque et, suite à leur passage par Jérusalem, en étant guidé par l'Ecriture: c’est la première leçon missionnaire de l’évangéliste.

Et aujourd'hui ? 

Quelles réflexions pouvons nous faire à partir de ce récit et de sa signification ? Une conviction : l'Evangile nous est donné, confié :

1 – pour qu'il soit notre guide et une lumière pour éclairer le chemin de notre existence

2 – et qu’en même temps, nous puissions le faire découvrir à d'autres, afin qu’eux aussi aient envie de le prendre comme guide et lumière dans la conduite de leur vie.

Pour une réflexion à titre individuel, ou au sein d’un groupe, partons de l’image de ‘’l’étoile’’ guide des mages et des ‘’présents’’ offerts. 

Comme nous sommes au début de l’année 2021 : 

En guise ‘’d’étoile‘’, quelle(s) conviction(s) décidons-nous de suivre pour, non seulement, nous orienter vers le Christ, mais de même vers nos frères et sœurs en humanité ?

Et les ‘’présents’’ : de ce qui fait notre vie, qu’avons-nous à ‘’présenter’’ au Christ ? Nos projets, nos questions, nos inquiétudes, nos initiatives… pensons-nous à les lui ‘’présenter’’ ? 

Et, de même, nos projets qui concernent d’autres que nous dans le domaine familial, amical, professionnel, pastoral...pensons-nous à les présenter à ceux et celles qui sont concernés pour en discuter le bien fondé avec eux et ce avant toute décision ?