Mes Articles à lire

Accueil > mes articles à lire > Passion Evangile > Une réflexion à partir de l'Evangile du 8 mai 2022

Retour

Une réflexion à partir de l'Evangile du 8 mai 2022

4° Dimanche de Pâques 2022 – Année C – Une réflexion à partir de Jean 10, 27-30 En ce temps-là, Jésus déclara : « Mes brebis écoutent ma voix, moi je les connais, et elles me suivent. Je leur donne la vie éternelle : jamais elles ne périront, personne ne les arrachera de ma main. Mon Père, qui me les a données, est plus grand que tout, et personne ne peut rien arracher de la main du Père. Le Père et moi, nous sommes un » Ce passage d’Evangile selon St Jean nous apparaît bien abstrait et il est donc bon de se rappeler que pour que cela devienne concret Jésus a confié une mission aux apôtres, puis d’autres, s’y sont engagés tel Paul et Barnabé dont parle le Livre des Actes des apôtres ( 13, 14, 43-52 ) qui est la 1ère lecture de ce dimanche. Luc, l’auteur de ce livre, motive le fait qu’ils se tournent vers les païens en ces termes : « C’est le commandement que le Seigneur nous a donné : j’ai fait de toi la lumière des nations pour que, grâce à toi, le salut parvienne jusqu’aux extrémités de la terre » ( C’est une citation du prophète Isaïe ) L’expression : ‘’le salut’’ , on peut la traduire ainsi : ‘’ l’action libératrice de Dieu par Jésus-Christ’’ ; cela concerne notre vocation de baptisés qui est de rendre le monde plus humain ; le monde, ce sont les lieux de vie et de rencontres : famille, quartier, lieu de travail, lieu d’études, loisirs, associations, syndicats, parti politique ; pensons aux lieux où nous nous impliquons. Chez ceux et celles que nous connaissons, soyons attentifs à leur ouverture aux autres, à leur disponibilité pour agir avec et en faveur des autres et surtout pour créer et entretenir un ‘’bien vivre ensemble’’ autour d’eux, car ce sont des signes du ‘’salut de Dieu’’ à l’œuvre. Le salut ( l’action libératrice de Dieu ) est, de même, à voir à l’oeuvre dans l’humanisation de la société et de son fonctionnement, par exemple : le salut a un rapport au travail quand la précarité, le chômage et à l’inverse les conditions de travail, des harcèlements de toutes sortes, deviennent difficiles à supporter. Il a un rapport avec le refus du chacun pour soi, ou avec l’acceptation de l’incompréhension quand il faut appeler à la solidarité ou à l’amélioration de l’ambiance dans un lieu donné. Le salut concerne notre comportement personnel dans l’espace public, par exemple : la façon de se comporter au volant ou à une caisse d’un magasin quand il y a une longue file d’attente et que la caissière est une débutante . Il se trouve que ce quatrième dimanche de Pâques est, comme chaque année, le jour de prière pour les vocations et la première vocation c’est celle de baptisé ; prions pour que beaucoup de baptisés s’impliquent pour le bien commun dans leur environnement humain. Pour ce qui de la vocation de prêtre, voici ce qu’un cardinal a écrit en 2004 : « Le ministre ordonné est un serviteur au sein de la communauté ecclésiale, il est un membre du Corps du Christ, bien qu’il ait des responsabilités particulières. Il ne doit pas craindre de comprendre son ministère comme un service et non comme une position dominante. Il doit être un homme de son temps, en contact et au fait des réalités qui l’entourent, capable de lire les signes des temps » Pour ce qui est de la vocation « devenir et être ce à quoi nous sommes appelés », c’est avant tout la vocation humaine : « être des femmes et des hommes humains envers leurs semblables » Pour y réfléchir, l’un des moyens à notre disposition, c’est l’encyclique « Tous frères » du pape François.