Accueil » Annoncer Evangile » Fiche Evangile pour dimanche 31 décembre 2023

Fiche Evangile pour dimanche 31 décembre 2023

Fiche Evangile pour dimanche 31 décembre 2023 – Année B – Luc 2, 22-40

Quand fut accompli le temps prescrit par la loi de Moïse pour la purification, les parents de Jésus l’amenèrent à Jérusalem pour le présenter au Seigneur, selon ce qui est écrit dans la Loi : Tout premier-né de sexe masculin sera consacré au Seigneur. Ils venaient aussi offrir le sacrifice prescrit par la loi du Seigneur : un couple de tourterelles ou deux petites colombes. Or, il y avait à Jérusalem un homme appelé Syméon. C’était un homme juste et religieux, qui attendait la Consolation d’Israël, et l’Esprit Saint était sur lui. Il avait reçu de l’Esprit Saint l’annonce qu’il ne verrait pas la mort avant d’avoir vu le Christ, le Messie du Seigneur. Sous l’action de l’Esprit, Syméon vint au Temple. Au moment où les parents présentaient l’enfant Jésus pour se conformer au rite de la Loi qui le concernait, Syméon reçut l’enfant dans ses bras, et il bénit Dieu en disant : « Maintenant, ô Maître souverain, tu peux laisser ton serviteur s’en aller en paix, selon ta parole. Car mes yeux ont vu le salut que tu préparais à la face des peuples : lumière qui se révèle aux nations et donne gloire à ton peuple Israël. »
Le père et la mère de l’enfant s’étonnaient de ce qui était dit de lui. Syméon les bénit, puis il dit à Marie sa mère : « Voici que cet enfant provoquera la chute et le relèvement de beaucoup en Israël. Il sera un signe de contradiction – et toi, ton âme sera traversé d’un glaive – : ainsi seront dévoilées les pensées du coeur d’un grand nombre. » ( lire les v 36, 37 et 38 dans le Nouveau Testament )
Lorsqu’ils eurent achevé tout ce que prescrivait la loi du Seigneur, ils retournèrent en Galilée, dans leur ville de Nazareth. L’enfant, lui grandissait et se fortifiait, rempli de sagesse, et la grâce de Dieu était sur lui.
Commentaires et clefs de lecture
Les parents obéissent à la loi de Moïse, ils accomplissent même ce qui n’est pas prescrit : présenter le nouveau-né en personne.
Aucun membre du sacerdoce n’est mis en scène dans ces versets d’introduction qui ne décrivent pas les deux rites prescrits par la Loi. C’est un homme extérieur au service du Temple qui y vient poussé ‘’sous l’action de l’Esprit’’. Il n’est pas seulement juste et religieux; comme beaucoup d’autres, il attend que se réalise la promesse des soixante-dix semaines, que vienne l’heure ultime où Dieu viendra sauver, une fois pour toute, son peuple ; une espérance que proclamait le Livre de la Consolation ( Isaïe 40-55 )
Mais Syméon bénéficie d’une grâce unique ; il verra l’instant où, avec la venue du Messie, l’histoire va basculer définitivement. Le passage s’opère dans une rencontre humaine ; comme lors de la visitation ( Luc, 1, 39-56 ) et de l’épisode de Corneille ( Actes des Apôtres, chapitre 10 ), tout est donné lorsque deux personnes poussés par l’Esprit se rejoignent et se communiquent, d’une façon ou d’une autre, ce qu’elles ont reçu de Dieu.
Syméon, l’ultime veilleur de l’ancienne alliance qui attendait l’aube des temps messianiques, prend dans ses bras, le premier-né du monde nouveau qu’il a reconnu.
L’esprit prophétique lui donne une lumière inédite sur le rôle de l’enfant : Jésus sera le Serviteur que Dieu a destiné a être la lumière des nations, afin que son salut parvienne jusqu’à l’extrémité de la terre ( Isaïe 49, 6 ) Il y a là une anticipation de ce que le Ressuscité annonce lui-même en Luc 24, 47, et qui sera réalisé par Paul, au nom du Christ ( Actes 13, 46-47 )
Mais Jésus sera aussi une source de division en Israël, tout au long de son ministère, il y aura à se prononcer pour ou contre lui, et cela révélera les pensées secrètes de beaucoup. Une telle prophétie met en oeuvre une conviction de la Bible : les mêmes dons de Dieu sont source de vie ou de mort selon les dispositions de ceux qui les reçoivent. Syméon précise qu’une telle division du peuple blessera Marie au plus intime de son être.

Et aujourd’hui, en quoi ce récit peut-il nous donner à réfléchir ?
– J’ai fais le choix des deux ”portes d’entrée” suivantes : ”sous l’action de l’Esprit” et ”se prononcer pour ou contre Jésus- Christ”
En relisant, lucidement, ce que nous avons dit, écrit, et fait ( nos comportements, nos initiatives…etc… ) durant ce temps de l’Avent, demandons-nous dans quel esprit l’avons-nous dit, écrit, ou fait ? Est-ce sous l’action de L’Esprit-Saint ou d’un autre esprit ?
En tant que baptisé : laïc, religieuse, religieux, diacre, prêtre, n’ayons pas la prétention de nous être, une fois pour toutes, prononcé pour Jésus-Christ… par nos paroles, nos attitudes, notre façon d’entrer en dialogue avec nos semblables ” sont dévoilées les pensées qui viennent du coeur” ( ce que nous pensons de celles et ceux qui viennent à nous ) qui, toujours, sont révélées par notre façon d’être envers eux. Estimons-nous avoir été ”signe” du Christ qui désire être ”lumière qui se révèle à tous” ? Ou avons-nous été peut être un ”obstacle” ?

Autres articles et écritures
Quelques homélies de 2015, 2016, 2017, 2018, 2019

Homélie du 3 juillet 2016

14° DIMANCHE ORDINAIRE – ANNEE C – dimanche 3 juillet 2016 à N-D du Schauenberg Après avoir écouté et accueilli cet Evangile, et surtout la

Lire la suite