Accueil » Homélies 2019 - 2020 » Homélie du dimanche 11 août 2019

Homélie du dimanche 11 août 2019

Homélie du 19° dimanche du temps ordinaire – Année C – 2019 – Luc 12, 32 à 48 – c’est le texte de base qui, proclamé ‘’ à chaud’’,  est toujours un peu différent 

« C’est à l’heure où vous n’y penserez pas que le Fils de l’homme viendra… » quand Luc écrit cela, il est probable qu’il évoque la révélation du Christ à la fin des temps, une révélation que les disciples et les tout premiers chrétiens croyaient d’abord imminente, puis l’attente en vue de cet événement se prolongeant, elle était sûrement devenue moins vive. 

Cela ne devait pas être la seule difficulté, la seule préoccupation ou la seule question, qui traversait les groupes de croyants, en arrière-fond des paroles de Luc, on peut discerner trois éléments : d’abord le fait d’être minoritaire : ‘’ Sois sans crainte, petit troupeau ‘’, puis l’aspect de la vigilance : ‘’ Vous aussi, tenez-vous prêts ‘’ et l’exercice des responsabilités dans les groupes de croyants évoqué par la comparaison de l’intendant fidèle et sensé

Ce que nous ne connaissons pas entièrement, c’est toutes les réflexions et tous les débats, qu’ont suscité la lecture de cet Evangile, nous avons juste, du même auteur, le Livre des Actes des Apôtres qui nous donne un aperçu, un résumé, de la vie de l’Eglise en ses débuts ; on peut qualifier cette vie d’Histoire Sainte, et aujourd’hui nous sommes à un moment donné de cette Histoire, qui est toujours Sainte, car nous le croyons, Dieu, par son Esprit-Saint, y est toujours présent. 

Même s’il y a, apparemment, des ressemblances, il serait vain d’essayer de faire de simples parallèles entre le monde et l’Eglise du temps de St Luc et le monde et l’Eglise en notre temps. Comme il y a assez d’analyses et d’ouvrages sérieux qui en parlent je vais plutôt pointer ce qui nous concerne de plus prés, dans la paroisse dont nous sentons membres

Minoritaires, nous le sommes bien ici et maintenant ; si tous ceux et celles qui ont été baptisé dans cette église seraient avec nous, on serait plutôt à l’étroit ; le regretter ou nous en lamenter ne change pas ce fait, pensons plutôt que c’est à nous qu’est confié l’Eglise, pas toute l’Eglise, mais la portion d’Eglise qui existe dans cette commune. 

Les 2 paraboles de l’Evangile abordent aussi l’aspect de la vigilance, de la persévérance dans la foi : « Restez en tenue de service, et gardez vos lampes allumées » et de la fidélité concernant l’exercice des responsabilités dans l’Eglise, suggéré par la comparaison de « l’intendant fidèle et sensé à qui le maître confie une charge  » – Si les intendants les plus en vue sont le pape, les évêques, les prêtres, les diacres  – en effet par leur ordination une charge d’Eglise leur a été confié – l est tout aussi évident que chaque baptisé est, à sa façon, un intendant de l’Evangile. 

Cette responsabilité d’intendant de l’Evangile, nous le savons, ne se vit pas uniquement dans l’Eglise, mais dans la vie en société, et les façons de la vivre sont diverses et nombreuses ; tous les chrétiens ne sont pas appelés à faire la même chose, aucun baptisé n’a en lui tout ce qu’il est nécessaire pour être partout un bon intendant, un tel remplit bien ce rôle dans telle responsabilité précise dans la société, un autre assume telle tâche ou telle mission dans l’Eglise. 

Bien loin d’opposer ce qui est ainsi assuré dans la société ou dans l’Eglise, voyons-y une heureuse complémentarité. Et c’est tout aussi indiqué de la voir dans chaque paroisse en particulier : pour qu’elle puisse assumer sa mission les intendants y sont variés, pensons à ceux qui sont nécessaires pour que toute célébration se déroule dans de bonnes conditions, pour qu’elle soit une nourriture pour la foi de chacun d’entre nous : il y a ceux qu’on en voient pas : les personnes qui nettoient et fleurissent l’église, les personnes qui assurent la gestion financière et veillent à tout ce qui est matériel et entretien – il y a les personnes qu’on voit : ceux et celles qui préparent la célébration et veillent à son bon déroulement et qu’on désigne par ‘’animateur’’ -‘’animatrice ‘’ – ceux et celles qui proclament les lectures et les intentions de prières, l’organiste et les choristes dont le rôle n’est pas de chanter juste pour eux-mêmes mais d’y inciter chaque membre de l’assemblée, sans oublier le sacristain qui, avant la célébration, pendant et après veille à tout ce qu’il faut pour célébrer dignement l’eucharistie ; toutes et tous sont des bénévoles, ils donnent de leur temps et de leur énergie sans compter – la meilleure reconnaissance que nous pouvons témoigner aux uns et aux autres, c’est de se sentir interpellé par leur façon d’être des intendants de l’Evangile et de réfléchir à la façon dont nous le sommes déjà où de se sentir appelé à l’être dans la société, dans la commune, dans l’Eglise, dans la paroisse dont nous nous reconnaissons membre

N B : Pour qui est de la notion de servir et de son contenu,  voir la feuille Evangile et la réflexion publiée sur le site

Autres articles et écritures
Prier et réfléchir

Eternelle soit la paix

Enfants perdus, orphelins Essayant de survivre jusqu’aux prochains matins Femmes, épouses, mères Pleurent leurs morts dans la prière. Hommes, pères, guerriers Deviennent des machines à

Lire la suite