Naissance

Sans le feu, comment magnifier la nuit ?

Sans la racine féconde que deviendrait le fruit ?

 

Je suis, tu es, il est celui que l’on attendait.

Le temps a pris son temps pour qu’éclose la merveille que voici devant nous qui sommeille.

Tissé entre les entrailles, enfin il est venu.

 

Se tendent vers nous ses petites mains

qui espèrent la vie et le pain.

Son visage, à pas lents, suit sa mère

et donne ses premiers sentiments.

L’avenir… l’avenir…

de quoi pour lui sera-t-il fait ?

Nous espérons, car dans ce monde incertain

nul ne sait.

Une aspiration commune nous unit déjà:

c’est la paix, la joie !

C’est en ce jour merveilleux,

nos souhaits pour toi !

 

Jean-François – 1976

Autres articles et écritures
De la poésie

Tendresse

La tendresse, c’est deux yeux d’enfants Qui nous regardent comme un grand La tendresse, c’est les yeux d’une grand’maman Qui vous regardent comme un enfant

Lire la suite