Accueil » Annoncer Evangile » Une réflexion pour dimanche 31 décembre 2023

Une réflexion pour dimanche 31 décembre 2023

Une réflexion à partir de l’Evangile du dimanche 31 décembre 2023 – Luc, 2, 22-40

Syméon est un sage, un prophète, un homme qui se trouve à la charnière entre deux mondes. Tout comme Jean-Baptiste, il incarne la fin de l’Ancienne Alliance, celle d’Abraham, de Moïse, et en même temps il tient dans ses mains l’émergence d’un monde nouveau, d’une nouvelle relation entre Dieu et les hommes.
Si Dieu s’est fait homme en la personne de Jésus, « s’il est venu dans le monde », comme dit Saint Jean, alors toute approche de Dieu s’en trouve transformée. Le futur ne peut pas ressembler au passé.
Ce passé de l’Ancienne Alliance n’est pas supprimé, ce passé est transformé, « accompli », dira Jésus. Nous entrons dans le temps de la présence de Dieu auprès des hommes.
Cette présence sera dans un premier temps physique par la personne.
Elle se poursuivra après la Résurrection et après la Pentecôte par l’Esprit.
Mais aujourd’hui, dans cet évangile, Luc nous raconte le début de ce passage, de cette relation nouvelle. Nous sommes tout au début de l’histoire de Jésus. Car, comme tout homme, Jésus a une histoire, il fait partie d’un peuple, d’une famille, d’une culture, d’un pays, et il grandira comme tout être humain
Cet enfant va d’abord grandir dans la discrétion et l’anonymat. Bébé présenté au Temple, enfant, adolescent, jeune homme, adulte. Il passe inaperçu, incroyable discrétion de Dieu. Durant tente ans, à Nazareth, Jésus grandit, et Dieu fignole le Messie, son Envoyé, sans que personne ne le sache autour de lui. Les Juifs attendaient un Messie qui viendrait triomphant, parfait, instaurer comme par magie le Royaume de Dieu, le peuple des sauvés.
Dieu est trop respectueux de l’homme pour le brutaliser.
Dieu respecte nos rythmes humains, il les fait siens.
Trente ans pour apprendre notre condition humaine, pour entrer totalement en humanité, et façonner l’homme Jésus. Il stupéfiera les foules durant trois ans.
Saint Jean nous rapporte cette parole : « Jamais homme n’a parlé comme cet homme. »
Trois ans pour nous parler de Celui qu’il connaît mieux que personne.
Trois jours pour habiter la souffrance et le rejet.
Trois jours pour nous montrer le seul chemin pour sortir de l’incompréhensible, de l’absurde de cette souffrance.
Trois jours pour nous montrer que l’on peut, de toute souffrance, tirer des forces de Vie et repartir. C’est la Résurrection.
Ce passage à travers les échecs, les renoncements, les morts diverses, peut, à la suite de Jésus, nous faire grandir dans notre humanité.
Lecture rapide et incomplète de la vie de Jésus, mais révélatrice des multiples visages de Dieu. « Qui me voit, voit le Père ».
En regardant Jésus, nous contemplons Dieu, un Dieu exalté, mais aussi crucifié, prêchant et parlant, cheminant avec les hommes, travaillant comme eux.
Pouvons-nous imaginer Dieu clouant et rabotant comme n’importe quel charpentier ?
En Jésus, il a pris corps et s’est fait homme.
Par son Esprit, il prend corps dans la vie de chaque personne, patiemment, discrètement, tellement discrètement qu’on peut ne pas le remarquer.
Il est présence de Vie. Il est présence d’espoir qui nous fera grandir si nous acceptons que ce Dieu habite en nous.

Autres articles et écritures
Prier et réfléchir

Prière de l’automobiliste

A l’heure où la sécurité routière est une préoccupation importante dans notre pays, pourquoi ne pas faire nôtre cette prière.   Prière de l’automobiliste  

Lire la suite