Accueil » Homélies 2019 - 2020 » Homélie du 3ème dimanche de l’Avent – 2019 –

Homélie du 3ème dimanche de l’Avent – 2019 –

3ème Dimanche de l’Avent – Année A – 2019 – Evangile de Jésus-Christ selon St Matthieu, 11, 2-11

Jean-Baptiste, qui, par ses disciples, fait demander à Jésus : « Es-tu celui qui doit venir, où devons-nous en attendre un autre » est vraiment troublé, son désarroi et son doute sont réels : il voyait l’intervention de Dieu, du Messie attendu, comme une manifestation de puissance, une remise en ordre obtenue par la force et avec éclat, et ce qu’il entend dire de Jésus, de ce qu’il dit et fait ne correspond pas à ce que lui, Jean, attendait et avait annoncé : Jésus a une toute autre attitude : « il accueille ceux qui viennent à lui, il mange avec les pécheurs et les publicains, il a une vie de prophète itinérant et manifeste sa gloire à travers un enseignement, des paroles de vie, des gestes de compassion – ce sont là les signes de sa puissance, d’où sa réponse « Allez rapporter à Jean ce que vous entendez et voyez…. » le sens de ce qu’il dit et fait étant donné par la citation des paroles du prophète Isaïe. 

Jésus, image parfaite de Dieu, a choisit l’humilité divine, le renoncement à la toute puissance, l’amour qui lui a fait donner sa vie pour nous donner la vie ; nous le croyons, oui, bien sûr, mais devant la réalité du monde, devant l’état de la société, devant les difficultés de vie de tant d’être humains, ici chez nous, et dans tous les pays du monde ; en nous le désarrois peut aussi naître, le doute s’insinuer – des questions peuvent aussi surgir, du genre : « Qu’est-ce que la venue de Jésus, Fils de Dieu, a vraiment changé dans l’histoire de l’humanité ? – Qu’est-ce que la proclamation de l’Evangile change actuellement dans le monde – qu’est-ce que l’existence de Eglise change – ou encore : Est-ce que l’Eglise actuelle est la mieux placée pour proclamer l’Evangile de façon efficace – ne faudrait-il pas faire table rase du passé et en inventer une autre ? – De même, par moments, nous pouvons aussi être tenté par une espèce de durcissement de notre pensée, de notre réflexion, même de notre foi chrétienne et de notre lecture de l’Evangile – ou de baisser les bras, de nous démobiliser devant la complexité des réalités humaines, devant l’apparente inefficacité de l’annonce de l’Evangile ou encore de nous réfugier dans une religiosité coupée du réel. 

Ce serait oublier que, aussi loin dans le temps que les écrits de la Bible nous permettent de remonter, Dieu se dit, Dieu se révèle, dans l’épaisseur de l’histoire humaine, qu’il a parlé aux hommes par les prophètes, et au temps fixé par Lui, par Jésus, sa Parole Vivante. 

Depuis la venue de Jésus, depuis sa mort et sa résurrection, l’Eglise qui est née de l’annonce du Christ ressuscité par les apôtres, a mission d’annoncer, de proposer à tous quel que soit leur façon de conduire leur existence, la Parole de Vie qui lui est confiée. 

Dieu, le Dieu de Jésus-Christ, se dit encore et toujours dans l’histoire humaine telle qu’elle se déroule sous nos yeux, et de laquelle nous sommes partie prenante. 

Ce n’est que dans l’histoire de nos frères et soeurs, et dans notre histoire personnelle, que nous pouvons discerner les signes de la venue de Jésus-Christ, de l’action de l’Esprit-Saint. Je crois qu’à nos questions et doutes, à nos impatiences, à nos découragements et nos réactions, parfois désabusées, Jésus réagirait ainsi : « Qu’entendez vous et que voyez-vous ? » – Pour entendre, il nous faut bien écouter, et pour voir, il s’agit d’ouvrir les yeux et de bien regarder, : Ecouter ? : écouter ce que nos semblables nous disent de leur vie, du sens qu’il donne à ce qu’ils font pour vivre au mieux, pour affronter le quotidien et les incertitudes – écouter ce qui se discute et se réfléchit au niveau de la société civile pour prendre en compte les réalités et les problèmes – écouter ce qui se débat et se décide en Eglise pour proposer la foi en Jésus-Christ de façon compréhensible. Ouvrir les yeux et bien regarder ? Oui, aller au-delà d’un regard général et superficiel, afin de voir vraiment, ce qui se cherche, se réalise pour faire progresser la paix, le droit, la justice, le bien vivre humainement sous toutes ses formes et dans tous les lieux de vie de nos frères et soeurs humains. Rien de ce qui constitue la vie actuelle, rien de ce qui préoccupe nos semblables et nous-mêmes, n’est en dehors de l’histoire où Dieu se dit, se révèle, où Dieu nous interpelle: quand des milliers de gens sont sans d’emploi stable ou sans emploi du tout. Quand nous entendons, qu’en France, les Restaurants du Cœur qui, à l’origine, étaient juste prévu pour passer un mauvais cap, existent depuis 40 ans – quand 6 millions de personnes vivent dans la précarité ….

Qu’est-ce que cela provoque en nous ? L’entendre et le voir ; entendre et voir ce qui se dit et se fait devant ces situations – c’est, toute proportion gardée, entendre d’une certaine façon le Christ qui nous interpelle, qui nous appelle à discerner des signes de sa venue.

Autres articles et écritures
Prier et réfléchir

La violence

La violence Peut gâcher toute une adolescence C’est comme un bidon d’essence En pleine incandescence   La violence C’est pas de la malchance Ce n’est

Lire la suite
Annoncer Evangile

Le repas pascal juif

la Fête de Pessah, La Pâque Juive  PESSAH  « Le passage » LE SEDER (repas traditionnel de la Pâque dans le Judaïsme  et dans le

Lire la suite