Accueil » Annoncer Evangile » Une réflexion pour dimanche 28 avril 2024

Une réflexion pour dimanche 28 avril 2024

Une réflexion à partir de l’Evangile du dimanche 28 avril 2024 – Jean, 15, 1-8
Durant le temps pascal, avec les différents évangiles, il nous ai donné de réfléchir au mystère même de Jésus, celui-ci étant accessible par la foi, par le cœur, en plus de la raison et de la réflexion : qui est-il ? lui donner notre confiance, croire en lui, à quoi çà mène ? à quoi çà sert ?
Dans ce passage d’Evangile, Jésus se présente : comme ‘’ la vraie vigne’’ ; dans la Bible la vigne désigne le peuple tout entier ; par son affirmation, Jésus se met à la place du peuple d’Israël, il applique à sa personne ce qui était dit d’Israël et tout le récit à travers l’image du vigneron qui prend soin des sarments aboutit à la conclusion : «  Ainsi, vous serez pour moi des disciples » . Nous avons là, comme la plupart des cas, surtout chez Jean, en même temps que la parole de Jésus, la trace de ce qui était vécu, discuté et réfléchit par les croyants quelques 50 années après le Christ. Déjà en ce temps il y a avait des difficultés et des crises; il y avait des fidèles et il y avait ceux qui se coupaient de la communauté et du Christ, ( et même la combattait ) on les appelait les anti-Christ, parmi eux certains ne croyaient pas à l’humanité de Jésus, d’autres ne croyaient pas à sa divinité, la conclusion : «  ainsi, vous serez pour moi des disciples »  visait, entre autre, à vérifier qui était membre de l’Eglise et qui n’en n’était pas ou plus.
D’une certaine façon, cette parole nous permet aussi de vérifier notre confiance et notre foi en Jésus-Christ avec le complément : ce qui fait la gloire de mon Père, c’est que vous portiez beaucoup de fruit : la gloire étant, pour une part, ce qui est dynamisme de son être, ce qui constitue sa présence au monde, quant au fruit à porter, on peut supposer avec raison qu’il doit être bon et que pour cela il s’agit d’être unis au Christ comme les sarments sont unis au pied de vigne. Pour vérifier si et comment on est unis à lui, il faut encore aller consulter d’autres écrits, comme par exemple la lettre de St Jean ( 3, 18-24 ) 2ème lecture de ce dimanche. Ce n’est rien de nouveau, c’est l’appel à aimer de façon concrète, non en paroles et par des discours: St Jean, en vrai mystique, ne manque pas de réalisme, pour lui pas question d’être quitte uniquement en priant ou en exprimant de bonnes intentions – en participant ou en présidant des célébrations – ce sont aux actes que nous sommes attendus, ce sont les fruits que nous produisons qui nous rendent ou non crédibles : des fruits de bienveillance, de patience, de fraternité et de solidarité.
Jean résume ainsi tous les commandements de Dieu : «  avoir foi en son Fils Jésus et nous aimer les uns les autres comme il nous l’a commandé «  c’est exigeant, mais non angoissant : « Dieu est plus grand que notre cœur «  a-t-il aussi écrit «  et il connaît toutes choses »
Cette grandeur de Dieu n’est pas écrasante, elle se manifeste quand il patiente et prend pitié, il sait mieux que nous-mêmes ce que nous sommes, il connaît notre tendance à nous focaliser sur nos manques et nos erreurs, et surtout sur ceux des autres, sur nos peurs et nos regrets, il voit mieux que quiconque ce que nous essayons de faire pour aimer en actes et en vérité et mieux que nous-mêmes, il discerne ce qu’il y a de vrai et de sincère en nous.
Ce qui ne veut pas dire qu’il ne faut pas, de temps en temps essayer de vérifier nous-mêmes, et si possible avec une personne de confiance ou en équipe de réflexion, si nous sommes fidèle au commandement de Dieu en croyant en son Fils et en nous aimons les uns les autres comme celui-ci nous y appelle. Cette vérification concerne notre façon de vivre et d’être, notre implication dans la société, entre autre par le suivi attentif de ce qui se dit et s’écrit à propos des événements et en y exerçant un discernement: est-ce que ça favorise ou non le ‘’vivre ensemble’’ ? Et de même en ce qui concerne nos relations interpersonnelles en tous lieux.
Cette vérification gagne à être étendue à la portion d’Eglise dont nous sommes éventuellement membres ; aux rencontres de tout groupe ou mouvement, à la pastorale, à la liturgie, à toutes les personnes et entre les personnes qui y sont engagées, à l’aspect de l’accueil de toute personne participant aux célébrations dominicales comme à l’aspect de l’accueil bienveillant de toute personne qui fait une démarche auprès d’un responsable. La parole de St Jean : «  nous aimer les uns les autres comme il ( Jésus ) nous l’a commandé » est comme un titre, sous lequel il nous revient d’écrire un récit qui est divers et varié selon notre vécu et nos responsabilités, l’important c’est qu’il corresponde au titre.

Autres articles et écritures
Prier et réfléchir

Prière au Dieu différent

‘’papa, père… c’est ainsi que Jésus nous a dit de t’appeler ! Tu n’es pas comme nous t’avions imaginé…   Nous t’avons rêvé ‘’tout-puissant’’, Dieu

Lire la suite